top of page

Une messe pour un camarade

“Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants.” Jean d’ORMESSON



Il y a plus d'un mois que mes camarades parachutistes, gens simples aux idées fortes et claires, m'ont dit et répété que cela faisait un an que leur ancien président était mort, et qu'ils voulaient une messe pour le salut de son âme.

Que dire pour répondre à cela?


Ils voulaient "leur" messe, avec "leur" curé. Celui qui avait célébré les obsèques l'an dernier.



Que répondre, à un porte-drapeau qui avait passé tous ses congés l'an dernier à traverser la ville pour aller simplement veiller sur les derniers jours, les dernières semaines, de "son colonel", de "son président honoraire?"


La simplicité de la question imposait une réponse nette.

Ma réponse fut donc oui.


Je vous passe les obstacles. Il n'y en a pas eu tant.

Je vous passe les reports, les agendas que l'on essaie de caler, et que bien évidemment on ne parvient pas à rendre tous compatibles.

La Gendarmerie Nationale, à laquelle je rends ici hommage et en particulier le commandant du Groupement des Alpes-Maritimes, car ils viendront à l'église... une semaine à l'avance.

Erreur sur la date, mais aucune erreur sur la beauté du geste. Bravo, et merci. Sincèrement.


Aux obsèques, en 2023 il y avait foule.

Un an plus tard, la foule n'est plus là. Nous sommes bien moins nombreux.



Pour les obsèques, il y avait des fleurs. Pour cette messe entre amis il n'y en avait plus.

Sauf le souvenir. Il faut garder le souvenir des fleurs. Le pouvoir des fleurs.

Un mot, l'an dernier.

Quelques mots échangés avec une gentille fleuriste pour "un grand Monsieur".


La messe a bien eu lieu, finalement, hier, ce samedi 20 avril 2024, à 15h30.




En musique, « La marche des soldats de Robert BRUCE » pour entrer dans l'église Sainte Jeanne d’Arc.

Au milieu, l’hymne des troupes de Marine ; et le Miserere d’Allegri pendant la communion. La Prière du Para sera lue, et celle de l'EMIA sera chantée.

« Imagine » de John LENNON en sortie.

 

Pour la prise de parole du président de section, je reprends l’introduction du jour des obsèques :

 

« Mes compagnons c'est moi; mes bonnes gens de guerre,

C'est votre chef d'hier qui vient parler ici.

De ce qu'on ne sait pas, ou que l'on ne sait guère;

Mes morts, je vous salue et je vous dis :

Merci.

…/…

Compagnons j'ai voulu vous parler de ces choses,

Et dire en quatre mots pourquoi je vous aimais :

Lorsque l'oubli se creuse au long des tombes closes,

Je veillerai du moins et n'oublierai jamais. »


Nous sommes là pour le colonel Bruno JEAN FAURE, camarade dans sa vie militaire, comme dans sa vie associative où il était président de la section UNP 060 de l'Union Nationale des Parachutistes de Nice et environs.

Nous sommes là pour sa veuve, et pour ses enfants.

 

Le colonel (H) Bruno JEAN FAURE, décédé le 7 avril 2023 a eu ses obsèques célébrées en l’église Sainte Jeanne d’Arc le 13 avril 2023.

Sa vie militaire a été à l’image de la devise du premier régiment où il fut affecté, le 6e RPIMa, 6e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine : « Croire et oser ».

Sous le signe de Saint Michel, patron des Parachutistes, ainsi que Saint Pierre et Saint André ; d’une vie terrestre en Occident jusqu’à l’Orient éternel.



Jusqu'au bout, le goût de vivre; une lucidité totale. Comme ce soir où arrivant dans sa chambre de la clinique Saint Dominique où se trouvait déjà le curé, il nous voit tous les trois et s'exclame avec un grand sourire:

"Je suis foutu! Le curé, le croque-mort, et l'autre qui rédige mon éloge funèbre..."

Éclat de rire général; au point que les soignants sont venus voir.

C'est vrai, dans l'antichambre de la mort les patients rient rarement. Cela a surpris.


En conclusion pour l'éternité où nous souhaitons qu'il repose en paix, je reviens sur cette tirade de "Cyrano de Bergerac" que nous avions choisie ensemble...


C'est l'Acte V (final) de Cyrano de Bergerac :

 « Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !

Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !

Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !

— Qu’est-ce que c’est que tous ceux-là ! – Vous êtes mille ?

Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !

Le Mensonge ?

Tiens, tiens ! — Ha ! ha ! les Compromis,

Les Préjugés, les Lâchetés !…

Que je pactise ?

Jamais, jamais ! — Ah ! te voilà, toi, la Sottise !

— Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;

N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !

Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !

Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose

Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,

Mon salut balaiera largement le seuil bleu,

Quelque chose que sans un pli, sans une tache,

J’emporte malgré vous,

et c’est…

C’est ?…

Mon panache. »



Rien de plus à vous dire.

Juste à vous remercier.

Ceux qui sont venus.

Ceux qui n'ont pas pu.

Ceux qui ont toujours des excuses.

Celui qui arrive toujours en retard, mais qui est toujours là à la fin.



Vous êtes une élite.

A la fin d'une bataille il reste un dernier carré.

Vous êtes ce dernier carré.

Vous êtes un monument vivant, qui garde la mémoire:

"Deponens aliena ascendit unus..."


Bises aux dames, salut aux messieurs.


Celle dont le père est venu, en premier;

Celui qui est arrivé en dernier, ce qui est mieux qu'avoir oublié.


Didier CODANI


A Nice, ce dimanche 21 avril 2024

A la mémoire du colonel (H) Bruno JEAN FAURE...

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
Shadow on Concrete Wall
bottom of page