Dresser un chaton est improbable

Ce matin, j'ai obtenu un grand succès en expulsant ce chaton de mon lit juste par le regard, en lui indiquant la porte de ma chambre. Sans le prendre par la peau du cou, sans crier.

Moyennant quoi, depuis il boude. J'ai l'impression qu'il pense: "Pauvre idiot, j'y retournerai"!ūüėľ


Mise à jour discrète, comme il le fut toute sa jeune vie, ce 10 septembre 2021.


Tigroux, mon chaton, mon jeune chat d'à peine plus d'un an, est mort.

√Čcras√©, le 9 septembre 2021, par un v√©hicule, dans une rue derri√®re chez moi.


C'est un appel de la fourrière qui me l'a appris. Une dame très gentille, très aimable.

Sur le coup, j'ai répondu cordialement, moi aussi, et fait toutes les formalités.

Le weekend dernier il était là. Et d'un coup, d'un coup de fil, d'un sale coup...

Il n'est plus.

Depuis, depuis ce matin du 10 septembre, ma peine est immense.

Je n'imaginais pas, en un peu plus d'un an, la place que ce petit animal sympathique avait pris dans ma vie.


Entré quasiment par effraction chez moi, je l'avais découvert un matin au pied de mon lit, désireux de se faire adopter. Ce que j'avais fait, tellement il était adorable.

Vacciné pucé, éduqué, brossé, il était une étincelle de vie et de désordre joyeux dans ma maison. Une sorte de feu follet, vif-argent, toujours paré au jeu plus qu'à la sieste.


La vie ensemble n'était pas évidente, mais il avait trouvé sa place après avoir tout de même longtemps massacré la porte de ma chambre pour en obtenir l'accès la nuit, que je lui ai toujours, obstinément, refusé.


Pour quelques unes, pour quelques uns, je vous avais montré sa pose favorite, calé dans mes bras comme on porte un bébé. Un bébé roux, qui au lieu de rire ronronne.



Mes mouchoirs ont disparu ce midi, avant midi. Rien qu'en repensant à sa façon de me demander à jouer, à coup de patte sur un pied. Un coup lui, un coup moi.

Sauf qu'assez rapidement il assurait le coup avec les griffes... Ce qui réveille toujours, même si c'est fait aimablement.


Il n'est plus là.

"Le seigneur a donné, le seigneur a repris". C'est la phrase de circonstance.

Merci mon Dieu de m'avoir envoy√© Tigroux, un beau matin d'ao√Ľt 2020; petit chaton affam√© et farceur qu'il √©tait impossible de rejeter.

Tigroux est reparti vers vous, victime d'un véhicule automobile et de son destin de chat d'extérieur; libre d'aller et de venir.

C'est ainsi que je l'aimais, libre de vivre sa vie.


C'est sans doute en faisant ce qu'il aimait, qu'il a perdu sa jeune vie.


Je cesse là d'écrire, car mes yeux se brouillent plus vite que ma mémoire.

Mais je tenais à griffonner ces quelques mots, en vitesse, à chaud, pour dire à Tigroux à quel point il a embelli ma vie et celle de mes voisins, rien qu'en attendant mon retour dans le jardin, tous les jours tous les soirs, jusqu'à la nuit parfois.


Adieu mon Tigroux.

Tu es unique, tu me manques et je suis triste; mais aussi vrai que Dieu existe tu sais le bonheur que tu as apporté; et tu dois être heureux là-haut, plus haut que tous les arbres du jardin que tu escaladais en me regardant lire ou prendre mon café.


Tu sais que je t'aime, et que jamais je ne t'oublierai.

Adieu mon chat.

Laisse-moi te pleurer. Ne sois pas triste.

Je retrouve le sourire chaque fois que je pense à toi.


Didier

Shadow on Concrete Wall