Remerciements

Je suis revenu sur le continent, en attendant de repartir en Corse pour Noël.

"Fêtes de fin d'année" est une expression que je n'aime pas.

D'autant plus que je n'ai cette année aucune raison de "faire la fête".


Je remercie celles et ceux qui ont levé la tête de leur écran à mon premier message privé, pour réfléchir.

Je remercie celles et ceux qui ont eu la bonté de me le faire savoir.

Plus encore celles et ceux qui ont fait comme moi la route de ce deuil tragique jusque dans

"la plus Corse des villes corses".


Tout particulièrement aussi, celle qui m'a permis de quitter ma maison toutes affaires cessantes, en toute confiance.


Je devais être avec les miens, sans attendre.


Il y a comme cela des personnes dont le souvenir durera plus que le temps de vie des fleurs.

De la simple rose blanche, aux bouquets les plus élaborés.

Parce qu'elles marquent de leur amour toute une vie.


N'oublions pas aussi que le soleil continue de se lever et que l'aube, puis l'aurore, chassent la nuit.

La mort aime l'ombre; nous vivons dans la lumière.


Pardonnez mon silence à venir, ma difficulté à m'exprimer oralement, et ces larmes qui brouillent ma vue.


Deux siècles entiers plus tard, je redécouvre "L'isolement" de 1820 que décrivait Alphonse de Lamartine: ..."Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières, Vains objets dont pour moi le charme est envolé ? Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères, Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !"... Je n'ai pour vous remercier, que quelques images. Et aussi pour celles et ceux qui comprennent la langue de mes aïeux, une simple chanson. Une chanson signée par le groupe Surghjenti :"Ricordu". Souvenir. Qui dit "en ligne" tout ou presque de ce qui arrive là.

Continuons à aller "de l'Avent", jusqu'à Noël. Encore merci.

A ringrazzvi, tutti.


Didier



P.S.:

Ce n'est en rien une ironie du sort ; le texte lu aux obsèques était le même celui que je lisais, le mois dernier, au mariage de l'un de mes frères :

"L'amour ne passera jamais".

Sans doute parce que l'amour n'est pas une option dans nos vies.

Ce n'est pas "utile", c'est indispensable. A la vie, à la mort.


L'amour ne passera jamais

(AELF/Michel Wackenheim/ADF-Musique-Bayard)

Refrain L’AMOUR, L’AMOUR NE PASSERA JAMAIS. L’AMOUR, L’AMOUR NE PASSERA JAMAIS. 1. J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. 2. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. 3. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. 4. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas : il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; 5. Il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune : il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai : il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

2e P.S.:

Ricordu Surghjenti


Ooo ghjuventù passata Zitedda luntana par sempri di mè Ooo passioni vultata Amori o dannu dumani par mè

Dimmi induva sì Chi possu fà quì Senza tè Dimmi induva sì Sò solu cusì Senza tè

Ooo soli d'arrimani Aceddu chi canta l'amori di l'avvena Ooo piovu di a mani E pientà tamanta tristizia chì veni

Dimmi induva sì Chi possu fà quì Senza tè Dimmi induva sì Sò solu cusì Senza tè


Pour mémoire, c'est volontairement que je ne traduis pas.


Année de sortie: 1998

Auteur-compositeur : Charles MARCELLESI

Interprète: Surghjenti

Pour utilisation non commerciale uniquement.

Shadow on Concrete Wall