Laissez-les dire du mal de moi



J'ai entendu dire tout récemment que j'aurais quitté toute relation avec les armées françaises; et même que j'aurais quitté l'Union Nationale des Parachutistes, association d'anciens parachutistes que je soutiens fermement depuis 1985, date de mon adhésion.


Ces nouvelles ont en premier empli mon cœur de joie. D'abord parce qu'elles me prouvent qu'il y a dans mes meilleurs camarades (ajouter "meilleurs" devant "camarades" ne coûte rigoureusement rien, même si cela ne rapporte pas grand chose...) des gens qui ont assez de temps vide dans leur vie pour commenter la mienne.


Je me suis hélas vite rendu compte qu'en réalité ce n'était qu'une de ces "campagnes" qui ne sont pas glorieuses; ni électorales ni militaires, quoique souvent liées à ces deux milieux à la fois.


Pour rassurer les vrais amis qui m'en ont parlé, et les autres qui n'ont peut-être pas osé tant cela paraît bête, je vous confirme que tout ceci est faux et que tout va bien.


La seule nouveauté dans ma situation militaire est liée... à une récompense.

Par décision en date du 10 mars 2022 Madame la Ministre des Armées a en effet décidé de m'admettre à l'honorariat de mon grade, à compter de cette date.


Dans les armées, l’admission à l’honorariat du grade permet d’en conserver le titre et les prérogatives honorifiques. C’est une mesure individuelle destinée à reconnaître les services éminents rendus au service de la Nation. Rien de négatif. Bien au contraire.


Je deviens donc "propriétaire de mon grade" en récompense de mes services rendus; avec le droit au port de l'uniforme dans les conditions prévues par les textes en France.

Pour ceux qui douteraient de ma capacité physique à toujours entrer dans ladite tenue militaire, je vous joins une photo récente.


Concernant l'Union Nationale des Parachutistes, j'ai souhaité cette année cesser de participer au bureau de la section de Nice où j'étais vice-président; alors que j'y siégeais depuis 35 ans.

Je n'ai pas pour autant démissionné de la section de Nice, et encore moins de l'Union Nationale des Parachutistes où le Président national, le général (2S) Patrice CAILLE, m'a décoré l'an dernier pour notre Saint Michel, à Paris, dans la cour d'honneur des Invalides.



Insister sur une rumeur serait lui donner un crédit inutile.

Je n'insiste pas.

Vous avez l'information, et ce n'est qu'une modification minime de mon CV.


La meilleure conclusion que j'aie, m'a été donnée dans une version plus synthétique que celle de Sacha GUITRY, par une personne dont j'aime (beaucoup) la finesse de compréhension:

"Laissez-les dire du mal de moi;

s'ils savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient bien plus encore"...


S'il me faut revenir sur la guerre en Ukraine, j'y reviendrai dans le weekend.

Pour l'heure, je profite de ma nuit pour lire, écrire, et lever quelques doutes...


Bises aux dames, salut aux messieurs.


Didier CODANI,


A Nice, ce samedi 26 mars 2022 à 2h00 du matin.



Shadow on Concrete Wall