Une action pour améliorer la vie

Avec mes fleurs du weekend, je vous envoie une action concrète pour améliorer la vie de nos contemporains: Ne plus aller faire vos courses le dimanche.

Sauf si c'est dans une petite épicerie de quartier.



Sans manifester inutilement. Sans signer une Xe pétition. Une vraie action.


Vous gardez le droit d'aller acheter le pain à la boulangerie, ou des fleurs sur le marché.

Vous avez aussi le droit d'aller à la Messe ou au Culte si vous pratiquez.

Un café et le tiercé au bistrot si ça vous chante avec votre paquet de cigarettes. Même un verre de rosé (l'été approche) si vous préférez au café.

En revanche, rien dans la grande distribution.


Avec un minimum d'organisation, vous n'avez AUCUN besoin de faire des courses dans un supermarché le dimanche.


Si vous avez oublié quelque chose?

Trouvez un petit épicier dans votre quartier, et essayez de dénicher ce qui vous est si absolument nécessaire immédiatement le dimanche.

Vous verrez que finalement, ce n'est pas si absolument nécessaire que ça...


Vous allez le payer plus cher chez le petit épicier du quartier? Justement.

Cela vous fera réfléchir.

La semaine prochaine, vous y penserez à l'avance, si vous tenez tant à enrichir la grande distribution.


Voyez-vous, je suis contre l'esclavage.

Pas celui des nègres au XIXe ou XVIIe siècle. Je suis contre aussi, mais il n'existe plus.

Je suis contre celui des pauvres. Des petits salaires. Celui des gens qui n'ont pas le choix.

Celles et ceux pour qui travailler le dimanche n'est pas un choix, mais une quasi-obligation.


En arrêtant d'aller faire nos courses le dimanche dans un supermarché, nous n'allons pas supprimer l'ouverture du dimanche. Comme il y aura toujours des gens pour y aller et que la grande distribution a obtenu le droit d'ouvrir, "ils" vont laisser ouvert.

En revanche, s'il y a de moins en moins de gens à utiliser cette facilité, il y aura de moins en moins d'employés obligés (disons "moralement" pour ne rien dire de plus) d'aller travailler.


Le dimanche, c'est un jour pour soi. Pour prier, pour réfléchir, pour s'amuser, pour les siens.


Travailler le dimanche, c'est déstructurer notre société, c'est décaler nos repères temporels autant que nos repères spirituels.

C'est faire en sorte de façon institutionnelle que nos familles se désagrègent, et que notre temps de repos, de réflexion, de bonheur soient dispersés toute la semaine.


Vous ne l'aviez pas vu comme cela?

Moi aussi je ne l'avais pas vu comme cela, au départ.

Au départ, tout est beau, tout est facile, tout est plus simple.

A l'arrivée, on est seul; on ne peut plus se réunir qu'en aménageant des agendas électroniques de façon de plus en plus complexe.


Ces dimanches où l'on travaille, ce n'est pas l'opportunité de gagner de l'argent.

Le salarié n'y gagne que peu d'argent et y perd énormément en qualité de vie.

C'est juste pour de grandes entreprises l'occasion de faire tourner leurs structures à fond. 24/7.

Eux, ils y gagnent.

Pas vous, pas moi, pas nous.


Alors je ne vous incite ni à la révolution, ni au boycott, ni aux indignations virtuelles sur Internet.

Juste une chose:

Ne faisons plus nos courses dans la grande distribution le dimanche.


C'est simple, facile, concret.

Avec en France 50 à 60 millions de consommateurs en moins chaque dimanche, en face ce sera vite compris. Sans violence, sans discours inutiles. Juste par l'effondrement des ventes.

Ce qui ne tuera rigoureusement aucune de ces grandes entreprises, souvent multinationales.


Restez à la maison, ou achetez hors de ces circuits-là le dimanche.

Le marché des producteurs (si vous en avez un qui a survécu aux hypermarchés) la boulangerie, les fleuristes (les fleurs de supermarché ne tiennent pas plus de 48h00), le bistrot, le bar-tabac, le boucher-charcutier du coin, tout ce qui embellit les loisirs, OK.


Les rayons de supermarché embellissent vos loisirs?

Alors là, franchement, merci de m'avoir lu jusque là.

Mais je ne peux rien pour vous, vos boites de conserve, ou vos surgelés.


Enfin si; je peux prier pour que vous retrouviez le vrai goût des choses.

Les aliments frais, la famille, les amis, et puis les fleurs.

N'oublions pas les fleurs, c'est la preuve que la beauté existe même sans régime ou maquillage (et là je ne vise personne en particulier).

:)


Bon dimanche.

Didier

Shadow on Concrete Wall