Liberté

Liberté, c'est une promesse et un cadeau.

C'est le titre de ce tableau.

Ma promesse je l'ai faite à l'artiste qui a réalisé la toile, c'est de la montrer.

C'est cette toile son cadeau.


L'artiste, je l'ai connu caporal au 2e REP (2e Régiment Étranger de Parachutistes, basé à Calvi, en Corse).

Excellent tireur à la mitrailleuse lourde 12,7mm (ou .50 Browning si vous préférez).

Dans un premier temps je l'ai vu monter en grade "More Majorum", "à la manière des anciens". Il est ainsi devenu sous-officier, jusqu'au grade de sergent-chef, ce qui n'est pas rien pour un ancien Légionnaire. Et puis les hasards des affectations ont fait qu'il n'est plus resté sous mes ordres et que je suis parti loin, bien loin, en OPEX, alors qu'il trouvait un bon emploi dans le civil.


Le hasard encore et toujours, a fait que je me suis retrouvé dans la même administration que lui, où quelques anciens militaires s'étaient reconvertis à intervenir dans les Zones Urbaines Sensibles où moi-même j'ai mené les services que j'avais sous mes ordres pendant 15 ans.


Dans les anciens, ceux qui connaissaient mon grade utilisaient et utilisent toujours l’appellation de "Mon colonel"; mais pour lui, rien que pour lui c'est "Mon lieutenant".

J'étais son chef de section. Dans "ce monde vétuste et sans joie" il ne l'a jamais oublié.


 

Un jour, il y a quelques semaines, le calendrier et sa date de naissance, joints à la qualité de ses services, ont fait qu'il a bien été obligé de prendre une retraite attendue et bien méritée.

Alors, tous les anciens encore fréquentables se sont réunis, chef en tête, pour un repas de service.

On a tous cotisé pour le cadeau. Une mitrailleuse lourde, comme son nom l'indique, c'est lourd. C'était un peu cher, aussi; et c'est encombrant. C'est certes toujours utile (quand on habite à la campagne), mais on a cherché pour ses vieux jours autre chose de plus civil et de plus maniable.


Heureusement, il avait eu l'intelligence de faire savoir ce qui lui plairait pour la retraite et nous avons amélioré son équipement de peintre. Des toiles et des couleurs, à Nice.


Le temps d'accepter ce nouveau changement de vie pour le monde merveilleux de la retraite... il s'est remis au travail avec passion; pour nous peindre, à certains d'entre nous, une œuvre unique.

On aime ou pas, moi j'aime beaucoup. Merci pour ce superbe cadeau: Liberté.

L'original est chez moi, une copie couleurs est dans mon bureau.


 

Donner l'identité d'un ancien Légionnaire en public, cela ne se fait pas. Alors je ne dirai rien.

Je dirai juste qu'il est une devise, "Honneur - Fidélité"qui a guidé sa vie jusqu'à ce jour.

J'ai eu la preuve de sa mémoire maintes fois; une pointe discrète de tricolore au centre, et les couleurs de la Légion, vert et rouge, resteront grâce à lui maintenant présentes chez moi comme au travail.


Avoir eu à commander des sous-officiers de la Légion Étrangère - lui comme son frère - avec une telle qualité de service, est un privilège rare.

Je sais qu'il est de ceux qui comptent parce que j'ai toujours pu compter sur lui.

Je ne l'oublierai pas. Le temps de la retraite n'est pas celui de l'oubli.

C'est celui d'une nouvelle liberté. La sienne maintenant, et pour les ans à venir.


 

Il était plus que Légionnaire, il était parachutiste; alors je n'oublie pas non plus d'écrire que c'est le 29 septembre que tous les parachutistes célèbrent Saint Michel.


A Nice, ce sera ce dimanche 2 octobre 2022 prochain que nous nous réunirons à la Pointe de Contes, en un lieu précis que je n'ai pas à communiquer en public; mais que j'indiquerai en message privé à mes camarades qui auraient à me le demander.


 

Dans l'incertitude de cet automne, d'une Europe face aux guerres d'agression, en Ukraine hier en Arménie maintenant, serrer les rangs avec nos jeunes et nos anciens est nécessaire.


Un vieux proverbe, appris il y a plus de dix ans maintenant à Faya, au Tchad, en Afrique, dit:

"Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens".


Le monde bouge; en Iran, où certains en sont surpris.

En France, où notre Police - que je soutiens - fait son devoir, aussi pénible soit-il; pour protéger jusque par les armes nos concitoyens victimes de crapules qui se croient "des anges" au-dessus des lois, avec plus de 20 mentions sur leur casier judiciaire; comme à Nice récemment.


Il n'y a pas qu'en Corse que l'on sait réagir face à ces menaces.

Sur le continent aussi, on y veille, même si cela se voit moins.


Enfin, même s'il pleut, même si le ciel est gris, je ne déroge pas à mes habitudes; je les espace simplement pour tenir mon budget:

Voilà mes fleurs d'automne. Je les partage avec vous.


Je suis aussi les conseils d'une amie: j'ai fait rentrer des pâtes pour l'hiver...

:)

Pas les plus chères, juste celles que j'apprécie.

Comme je ne peux pas la remercier en public, j'ai choisi des fleurs aux couleurs de ses vêtements les plus récents.


La vrai richesse n'est pas (pas toujours) sur votre compte en banque.

C'est de garder près de soi des gens qui vous apprécient autant que vous les appréciez.

Et plus encore, si affinités; et à plus de 2.500 kilomètres de la maison, parfois...


Bises aux dames, une en particulier qui aime porter le rose plus que recevoir des roses.

Salut aux messieurs, un vieux camarade en particulier, dont le cadeau me touche sincèrement.


A Nice, ce dimanche 25 septembre 2022


Didier CODANI


Shadow on Concrete Wall