Forces Spéciales


Revu ce soir - il y avait longtemps - "Forces Spéciales".

Un des (trop) rares films français qui essaient d'aborder sérieusement la question.


J'avais raté la sortie du film, dont bien entendu on avait entendu parler, en novembre 2011. J'étais à N'Djaména, au Tchad. Et puis aussi un peu à Abéché, où sévissait une épidémie de choléra, et même à Faya, Faya-Largeau, la grande palmeraie du Sud saharien.

Disons qu'on ne manquait pas d'activités, mais que je n'avais guère la possibilité d'aller au cinéma pour me distraire.

Et puis j'avais quelques bonnes raisons de regarder les films militaires d'un regard distant.

Je ne l'ai donc vu que plus tard. Je ne m'y étais guère intéressé à l'époque.

Trop frais, ou trop chaud pour moi, c'est selon.


Ensuite la vie civile m'a repris dans son cortège de platitudes, et quand je l'ai vu je ne l'ai pas apprécié. Même avec Diane KRUGER au générique.


Je vais préciser tout de suite que je n'ai rien à voir - ou presque - avec l'Afghanistan, et qu'en dehors de la couleur d'un des bérets, je n'ai rien à voir non plus - ou presque - avec les Forces Spéciales.

J'ai tout de même trouvé qu'il y avait beaucoup de Marins, dans un film qui se passe essentiellement en montagne...


Revoir ce film presque 10 ans après, c'était intéressant.

Ce soir je l'ai apprécié. Avec ses incohérences, ses imperfections, son style.

Parce que dix ans après, et avec trente ans de vécu derrière moi, je sais ce qui est vrai, ce qui est faux, ce qui relève du mythe et du fantasme militaire.

Ce n'est pas ce que le grand public croit.


Je n'ai pas vu ce film pour les jambes de Diane KRUGER. Il y a toute une liste de films où vous les verrez en détail (et elles sont remarquables), mais pas celui-là.

Je ne l'ai pas vu non plus pour la tactique militaire appliquée. Je trouve que globalement c'est bien traité, avec les obligations mondaines aussi stupides qu'habituelles comme les longues rafales d'armes automatiques, et le tir à la hanche avec un fusil-mitrailleur.

Il le faut bien, mes bons amis, car le grand public est formaté à ces bêtises depuis plus de cinquante ans.

Comme l'usage du pistolet automatique à plus de 50 mètres, qui est si... disons "américain" pour rester poli. Ou l'absence d'utilisation du Lance-Grenade de 40mm alors qu'en face les talebs avancent en ligne ou en paquets.

Il faut bien dire qu'en suivant le vrai mode d'emploi le film aurait duré 30 minutes.

Ce n'est tout de même pas le but. Il faut tenir la distance: 1h45.


Je me rend bien compte qu'en fait mes critiques ne sont pas celles que l'on avait entendues chez les journalistes "spécialisés" (dixit Wikipédia) à l'époque:

« Manichéisme rebutant » (CinémaTeaser), « nanar assez inouï » (Impact), « ridicule, improbable et convenu » (Ouest France), « insoutenable clip à la gloire de l'armée » (Télerama), « Platoon français castré et sans âme » (Première), « des personnages caricaturaux et des répliques grotesques » (Metro), « un navet embarrassant » (Télécinéobs).


En fait, je réalise que la presse française était déjà acculturée aux films américains, et ne pouvait pas admettre que l'on fasse autre chose que vendre la soupe d'outre-atlantique.

Alors quand ils ont vu qu'il n'y avait pas un seul uniforme américain dans le film, même pas une aide formidable de la plus formidable démocratie de la planète pour sauver le monde entier... Forcément, ils n'ont pas aimé.

Montrer qu'il n'y avait pas qu'un seul pays présent en Afghanistan du coté occidental, et se contenter de parler de la France, c'était inadmissible.

En plus c'est tous des parachutistes... Pas un seul intello torturé. C'est inacceptable.

A moins que ce ne soit le fait d'avoir donné un patronyme Corse à l'actrice principale...

Non, là je pense que personne - ou presque - ne l'a calculé. :)


Pour moi, à mes yeux, avec le recul, je trouve que c'est un bon film d'action. Avec certes des uniformes que je connais, et des avions au bruit de souvenirs, mais un vrai bon film d'action.

La romance, la psychologie, ce n'est pas le point fort de ce film.

Même s'il y a une romance (ce serait dommage de s'en priver avec Diane KRUGER) et même s'il y a des messages militaires, de ceux du terrain à ceux des cabinets et aux politiques.


C'est surtout cela que je vois maintenant, et qui fait que mon opinion rejoint celle du grand public.

Là où la presse donnait 1/5, le public donnait 4/5 et je valide cette note.

Une heure 45 à voir un "film de guerre" différent; qui prouve que l'armée française avait des moyens en A-stan et qu'elle a pu s'en servir.

Bien.


Une bonne soirée.

C'est ce que je vous souhaite.


Bises aux dames, salut aux messieurs,

Didier


Shadow on Concrete Wall